-10% SUR CHAQUE COMMANDE AVEC L'ABONNEMENT 🔆
Panier 0
  • Votre panier est vide.

Publié par Marine de Saint Denis le

10 bons conseils pour limiter votre pollution numérique

Aujourd'hui, 89% français utilisent Internet. Le numérique a pris une place de plus en plus importante dans nos vies et désormais 3 français sur 4 ont un smartphone (ADEME). Or la fabrication de ces objects numériques et leur utilisation ont un impact non négligeable sur l'environnement. On vous fait découvrir aujourd'hui la pollution numérique, son impact et les gestes que vous pouvez adopter au quotidien pour limiter vos émissions de gazs à effet de serre.

La pollution numérique : qu’est ce que c’est ?

La pollution numérique représente l’impact négatif qu’a le numérique sur l’environnement depuis la fabrication des objets jusqu’à leur utilisation. Selon l’ADEME, le secteur est responsable aujourd’hui de 4% des émissions mondiales de gazs à effet de serre et les prédictions disent que ces émissions vont doubler d’ici 2025. Une pollution numérique sur laquelle nous pouvons limiter à notre échelle car elle concerne notre utilisation quotidienne d’Internet et des objets high tech.

La pollution numérique : la fabrication de nos équipements numériques

Avant même d’arriver chez nous, le téléphone que nous avons dans nos mains a eu un impact très négatif sur l’environnement. La fabrication d’un produit high tech est d’ailleurs encore plus énergivore que son utilisation. Elle émet également plus de CO2 car les composants de nos appareils sont fabriqués le plus souvent dans des pays très éloignés. Sans parler des métaux rares et précieux utilisés pour fabriquer les composants et dont les conditions d’extractions sont humanitairement désastreuses.

Selon l’ADEME, la fabrication d’un ordinateur de 2 kg nécessite :

  • 800 kg de matière première
  • L'émission de 124kg de CO2 soit l’équivalent d’un aller-retour Paris - Amsterdam en avion

Un coût écologique lourd quand on sait que ces équipements sont souvent utilisés peu de temps avant d’être remplacé par un autre neuf, plus performant et dont le besoin nous est dicté par la surconsommation. Le recyclage de ces appareils est de surcroît onéreux et peu efficace. 

La pollution numérique : l’utilisation et le stockage de données

C’est la deuxième étape de la pollution numérique, l’utilisation et le stockage de données nécessite eux aussi beaucoup d’énergie. Pour faire fonctionner Internet, de nombreux équipements et data centers sont nécessaires et, vous le devinez bien, ils demandent beaucoup d’énergie pour fonctionner mais aussi pour être refroidis (les ordinateurs géants ça chauffe !) et cette énergie est le plus souvent générée grâce à des énergies fossiles (charbon et gaz naturel). Selon l’ADEME, les émissions de gaz à effet de serre du numérique sont dus à 25% aux datas centers, 28% aux infrastructures de réseau et à 47% aux équipements des consommateurs, c’est à dire vous.

Selon Greenpeace, le streaming représente 60% des flux de données sur Internet. En effet, une vidéo pèse lourd et c’est encore plus le cas lorsque sa définition est élevée. Ainsi, la consommation mondiale de vidéos en streaming émettrait chaque année 300 millions de tonnes de CO2 soit l’équivalent des émissions annuelles d’un pays comme l’Espagne.

10 conseils pour limiter sa pollution numérique

On vous a convaincus ? Vous aussi vous voulez lutter contre la pollution numérique ? On vous donne 10 bons gestes à adopter chez vous afin de limiter vos émissions en CO2 et votre consommation d’énergie. 

  1. Gardez le plus longtemps possible votre téléphone, votre tablette ou votre ordinateur. S'ils sont cassés ou ne marchent plus très bien, faites les réparer. Selon d’ADEME “passer de 2 à 4 ans d’usage pour une tablette ou un ordinateur améliore de 50 % son bilan environnemental.”. Et lorsque votre appareil aura définitivement redue l'âme, recyclez le. Les matériaux qu’ils contient sont précieux. 
  2. Achetez d'occasion si vous avez besoin d'un nouvel appareil. Privilégiez les appareils reconditionné comme sur Back Market ainsi que les appareils low tech, ils consommeront moins d'énergie pendant leur utilisation.
  3. Achetez un appareil qui a plusieurs fonctions plutôt que d’acheter plusieurs appareils différents. Par exemple une machine qui lave puis sèche le linge consommera moins que deux machines différentes : l'une pour laver et l'autre pour sécher. Sinon profitez de l'été pour faire sécher votre linge au soleil is vous le pouvez !
  4. Videz régulièrement votre boîte mail. Le stockage de tous les mails que vous ne lisez plus est énergivore. De même, désabonnez-vous des newsletter que vous ne lisez plus plus. Besoin d'aide ? Cleanfox vous aide en quelques clics à nettoyer votre boîte mail.
  5. Limitez votre temps de visionnage de vidéos et privilégiez le téléchargement au streaming qui est plus énergivore. Regardez vos films avec une résolution plus basse.
  6. Tapez directement l’adresse du site au lieu de faire une recherche sur votre moteur de recherche. Cela permet de diviser par 4 les émission de gaz a effet de serre de votre recherche. Utilisez au maximum votre historique et mettez en place une barre de favoris pour utiliser au minimum la barre de recherche.
  7. Ne laissez pas vos appareils en veille, éteignez-les à chaque fois que vous ne les utilisez plus si vous le pouvez (ordinateur, tablette, etc.). Pour les autres appareils, branchez-les sur des multiprises. Il vous suffira ainsi d'éteindre la multiprise à chaque fois que vous n'utilisez pas un appareil (micro-ondes, lampe, télévision, etc.). 
  8. Ne conservez que les fichiers qui vous sont utiles et stockez les sur votre ordinateur. N’utilisez le cloud que si c’est vraiment nécessaire car il nécessite lui aussi énormément d'énergie pour fonctionner.
  9. Désactivez votre GPS et bluetooth de votre portable quand vous en les utilisez pas. Privilégiez également la wifi à la 4G qui demande plus d’énergie pour fonctionner.
  10. Eteignez votre box internet quand vous n’êtes pas là, la nuit et surtout quand vous partez en vacances. Une box consomme autant qu’un réfrigérateur.


Et surtout… Faites de votre mieux ! Personne n’est parfait mais on peut tous faire quelque chose à son échelle et surtout en parler autour de nous. On vous conseille surtout de lire le rapport “La face cachée du numérique” de l’ADEME, disponible gratuitement sur Internet qui vous donnera encore plus d’informations et de conseils pour limiter votre pollution numérique.

 

pollution numérique

Nous utilisons des cookies