Panier 0
  • Votre panier est vide.

Publié par Heloïse de Tomojo le

Carac'Terre : Yanis fondateur de Youth ID, engagé pour la jeunesse

Soyons engagés pour l'environnement oui, mais aussi pour la jeunesse ! Tel est le moto de Yanis, fondateur de Youth ID, qui accompagne des jeunes dans leur projet de développement durable à l'internationale. Par ce que nous sommes tous acteurs du changement, Yanis aide les jeunes à y participer !

Peux-tu te présenter ?

Je suis Yanis Lammari, j’ai  27 ans et je suis le fondateur de Youth ID depuis 2 ans. L’objectif de Youth ID est d’accompagner la jeunesse, et plus particulièrement les publics prioritaires, à agir via des projets de solidarité, stages et volontariat à l’étranger. 

Chaque année nous envoyons des centaines de jeunes, de moins de 30 ans  faire des projets individuels ou collectif. Quoi de mieux qu’une rencontre d’une semaine entre 30 jeunes de 6 pays européens en Serbie pour mieux comprendre ce qu’est l’Europe ?

Peux-tu nous en dire plus sur ton enfance et ton parcours ?

Je suis né à Alger et suis arrivé en France à 1 an. J’ai très vite été sensible à la notion de solidarité, dont j’ai pu bénéficier à mon retour en France. 

J’ai effectué un parcours scolaire assez classique, puis je suis arrivé à TBS, l’école de commerce de Toulouse, ville avec une forte dynamique locale et diversité culturelle. C’est là que je me suis familiarisé avec le monde associatif en devenant le président du “Bureau Du Développement Durable”, plus connu sous le nom de B3D. Cette année m’a mis  le pied à l’étrier, et m’a permis de me rendre compte que je pouvais en faire mon métier. 

Peux-tu nous raconter ce que tu fais au quotidien ? 

Je n’ai pas de journée type, et c’est ce qui me plait ! Je dirai qu’au début c’était vraiment de l’entrepreneuriat : il faut tout construire ! Actuellement, mes missions vont aussi bien du démarchage, à de création de nouveaux ateliers ou de l’accompagnement de jeunes. Je passe aussi beaucoup de temps en déplacements pour réaliser des partenariats avec des associations européennes par exemple. 

Youth ID a beaucoup évolué depuis 2 ans, au tout début nous menions par exemple des événements avec l’ambassade de France et l’ambassade des Pays Bas sur la transition énergétique. Maintenant, nous avons développé des dizaines de projets avec des thématiques vastes : création d’ateliers et d’outils numériques pour prévenir la radicalisation, projet d’entrepreneuriat social au Burkina Faso, Hackaton au Pays-Bas.  

Pourquoi as-tu-choisi cette voie ? 

Je souhaitais vraiment agir pour donner la parole aux jeunes et participer à les rendre acteurs du changements. 

Pendant mon année de césure avec un ami, nous avons parcouru une quinzaine de pays sur les 5 continents pendant 7 mois. L’idée était d’aller à la rencontre de jeunes décideurs de moins de 30 ans, qui ont atteint un poste stratégique  et de voir les points communs entre eux. 

Nous nous sommes rendus compte de plusieurs points clefs pour la réussite de la jeunesse : le droit à l’erreur, l’importance de modèles générationnels et l’importance de promouvoir la mobilité et l’adaptation. Et c’est ce que nous essayons d’apporter avec Youth ID.

Quels sont tes gestes quotidiens envers la planète pour réduire ton empreinte dans ta vie quotidienne ? 

C’est une question intéressante car souvent le monde associatif est plus concentré sur les problématiques sociales plutôt que sur les questions écologiques, alors que les deux variables sont liées. 

Je réduis ma consommation de viande, je ne me déplace qu’en vélo, et je recherche des marques engagées dans les produits que j’achète. Avec Youth ID, on essaye d’aborder ces sujets avec les jeunes, et de montrer que des alternatives existent, comme Tomojo ! 

Quelles sont tes passions/hobbys/engagements autres ?

Je suis une personne curieuse et j’aime découvrir et apprendre de nouvelles activités. En ce moment je lis beaucoup, je suis tombé sur le livre Le 4ème Mur de Sorj Chalendon et je vous le conseille !  

Que penses-tu de la pollution digitale ?

C’est un réel enjeux mais il y a de belles solutions qui existent avec des moteurs de recherche écologiques comme Lilo ou Ecosia et qui protègent les données des utilisateurs. Le tri des mails aussi, c’est quelque chose qui est très facile à faire et que nous devons instaurer dans nos habitudes. 

Qu'est ce que tu aimerais faire dans 5 ans ? Tu te vois ou ?

J’aimerai beaucoup développer Youth ID autour de la Méditerranée et accompagner d’autres structures. Il m’en faut peu pour être heureux : du soleil et de la mer !

Tu es plutôt…

Cat Stevens ou Michel Berger ? Cat Stevens  

Tintin et Milou ou Obélix et Idefix ? Tintin et milou 

Team chien ou team chat ? Chien 

Si tu devais donner un conseil à nos lecteurs pour aider la planète dans la vie de tous les jours quel serait-il ?

Cela serait de se renseigner sur les initiatives mises à disposition au niveau local : ville, commune, avec ses voisins comme les Jardins Partagés.

Nous utilisons des cookies