Publié par Madeleine de Tomojo le

Carac'Terre : interview de Nicolas Viard, fondateur d'Agro'Innov

Pour cette deuxième interview Carac'Terre, nous vous présentons Nicolas Viard, fondateur d'Agro'Innov qui aide les startups de l'AgriFoodTech dans leur stratégie de communication. Passionné d'innovation, Nicolas nous fait réfléchir sur notre alimentation et nos modes de vies ainsi que leur impact sur le climat. Découvrez cet ingénieur agronome passionné de vélo et laissez-vous inspirer par ses bon gestes pour la planète !

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Nicolas, je suis marié et j’ai quatre enfants, j’ai une formation d’ingénieur agronome et je suis le fondateur d'Agro’Innov.

Peux-tu nous en dire plus sur ton enfance et ton parcours ?

Quand j’étais jeune, j’avais un grand père garde forestier avec qui j’allais beaucoup en forêt. Toute ma famille faisait pousser des potagers et avait des animaux domestiques ce qui a fait germer mon intérêt pour le vivant. À l’époque, j’étais déjà assez gourmand, tout ce qui était lié à l'alimentation m'intéressait beaucoup. Je voulais comprendre le parcours de la fourche à la fourchette, ainsi que la biologie et la science derrière l’agriculture.

Pour mes études j'ai hésité entre une prépa commerciale et une prépa agro mais ma passion pour les enjeux de la nature a pris le dessus, j’ai donc opté pour des études d’ingénieur agronome. J’ai ensuite pu m’impliquer dans les gaz industriels en travaillant pour le groupe Air Liquide.

Raconte-nous ce que tu fais au quotidien ?

J’ai lancé Agro’Innov il y a 3 ans : j’accompagne des startups de la Food Tech, Agri Tech et Bio Tech dans leur stratégie de communication notamment sur les réseaux sociaux et via l’organisation d’évènements (tout ce qui peut aider à accroître leur notoriété) et je les aide aussi en tant qu'investisseur à travers Agro Business Angel.

Pourquoi as-tu-choisi cette voie ?

En 2017, pendant le salon de l'agriculture, j’ai fait la découverte de nombreuses startups qui ont pour objectif d'accompagner la transition climatique dans la filière du vivant. Après quelques mois de rencontres avec ces acteurs, j’ai compris que ma réelle valeur ajoutée pour aider ces jeunes startups à se développer, serait de les accompagner sur leurs enjeux de communication digitale et de leur ouvrir mon réseau pour le financement auprès de Business Angels du secteur de l’Agro.

En créant Agro’Innov, je voulais vraiment retrouver les enjeux du vivant en poursuivant ce que j'avais mis entre parenthèses les 25 dernières années de ma carrière en grande entreprise, pour laquelle mon rôle n’englobait pas tous ces sujets.

On aime bien la thématique de l'alimentation chez Tomojo : quel était ton mode d'alimentation quand tu étais plus jeune ? Et maintenant ?

Vaste sujet ! Surtout quand tu parles à un gourmand pour laquelle l'alimentation est importante. Plus jeune, j’ai baigné dans les succès de l'agro-alimentaire, tout était bon du moment que c'était festif. J’avais une attirance pour les choses nouvelles. L’aspect nutrition n’était pas important. A cette époque, les cours de nutrition que l'on suivait à Agro Paris Tech étaient le relai des politiques de nutrition développées par les organisations sanitaires (c.a.d que les lipides avaient mauvaises réputations contrairement aux glucides).

En arrêtant de travailler pour un grand groupe il y a 3 ans, j’ai pris le temps de me pencher sur mon alimentation et j’ai découvert le régime Cétogène (Keto). Le principe étant que les glucides sont les seules calories qui ne servent pas au métabolisme du corps, qu’elles entretiennent une inflammation chronique dans le corps et qu’elles stimulent la production d’insuline plus que les autres aliments. Donc en restreignant au minimum les apports en glucides, cela permet au corps de mieux utiliser ses nutriments. 

Après m’être beaucoup renseigné sur la question, j’ai décidé de tester cette nouvelle alimentation. Au début j'ai même voulu explorer le régime Keto végane, mais c’était trop dur pour moi : je me retrouvais à manger des choses très transformées (comme un steak Beyond Meat), avec des glucides ou il ne devrait y avoir que des lipides et des protéines et une quinzaine d’ingrédients qui n'ont rien à faire dans cet aliment. Concrètement je mange du vert, des protéines, et des huiles végétales.

Quels sont tes gestes quotidiens envers la planète pour réduire ton empreinte dans ta vie quotidienne ?

1 - Mon alimentation grâce au régime keto et au jeûne intermittent : mon gâchis alimentaire est faible grâce à un volume d’achat qui baisse et le niveau d’emballage qui diminue. J'essaye aussi de soutenir le maraichage car c'est une vraie rébellion contre l'industrie qui utilise des engrais et des céréales qui ravagent la planète. Les maraîchers utilisent moins de pesticides car leurs produits sont mangés directement. 

2 - Réduction de mon empreinte carbone : je suis passé au vélo, quasi tout le temps pour mes déplacements et je me chauffe au bois pour m'abstenir de toute énergie fossile.

Quelles sont tes passions/hobbys/engagements autres ?

J’aime beaucoup tout ce qui est lié à la Tech, l’informatique et comment cela peut nous aider à mieux communiquer. Je suis aussi un adepte du VÉLO.

Que penses-tu de la pollution digitale ?

L’impact du numérique n’est pas du tout vertueux cela représente 8 à 10% de nos émissions carbones. C’est le secteur le plus en croissance en termes d’émissions avec le transport aérien.

Parallèlement, grâce au numérique nous pouvons garder une activité économique et un lien social ce qui évite la mobilité, gère de façon plus efficace les flux et permet de moins consommer. Le numérique peut nous aider à mener une vie moins polluante même en prenant en compte la pollution digitale : pendant le confinement la quantité de C02 émise a été réduite de plus de 10%.

Comment vois-tu la transition énergétique ?

Il faut que nous tendions vers des modes de vie plus résilients, il faut se projeter avant la guerre ou l’on avait un impact carbone positif : nous produisions moins de C02 que ce que la planète arrivait à séquestrer. Nous ne pouvons plus avoir un mode de développement basé sur la consommation qui couvre beaucoup plus que des besoins de base. Il faut que l’on ait d'autres centres d'intérêts que le consumérisme à outrance qui s'est accéléré à partir des années 80 et 2000 avec le numérique.

Qu'est ce que tu aimerais faire dans 5 ans ? Tu te vois où ?

Je vois deux futurs :

  • Dans l’un, je commence à prétendre à une retraite ; je m'installe dans ma maison en Bourgogne, et je me lance dans le maraichage pour redémarrer une vie au vert.
  • Dans l’autre, Agro’Innov aura super bien marché, nous serions plusieurs dans l’équipe, et nos activités m'amèneront jusqu'à un âge canonique !

Comment vois-tu les choses en termes de climat ?

Vous allez me prendre pour un grand pessimiste, mais je trouve que l’on va droit dans le mur. Nous allons laisser à la plus jeune génération une dette climatique catastrophique en plus d'une dette financière avec une transition qui s'annonce tout sauf paisible.

Après 2050 nous allons nous retrouver dans un monde invivable. Je me sens très coupable vis à vis de vous (les jeunes), j’ai une dette personnelle et c’est certainement pour cela que je veux autant m’impliquer et accompagner des projets lancés par des jeunes.

Comment vois-tu l’évolution de la façon dont les humains se nourrissent ? et nos animaux ?

Je pense qu’il faut que nous arrivions à jeûner comme nos ancêtres le faisait auparavant. Il faut aller vers des régimes avec moins de glucides qui nous permettent de jeûner plus facilement. Grossièrement, si l’humanité mange un jour sur deux, nous aurions résolu le problème de nourrir 3 milliards de personnes sur terre.

Dans 10 ans nous arrêterons définitivement l’élevage intensif. C’est un nid à pandémie, un bouillon de culture où les mutations se font à vitesse accélérée. C'est un risque majeur pour l'humanité.

Pour nous, le Mojo c’est quelque chose qui redonne la pêche et l’énergie, quel est donc ton Mojo ?

L'innovation ! D'être impliqué dans des projets qui innovent, de ne pas avoir de routine.

Tu es plutôt…

Cat Stevens ou Michel Berger ? Cat Stevens
Tintin et Milou ou Obélix et Idefix ? Les deux
Team chien ou team chat ? Team Border Collie !!

Si tu devais donner un conseil à nos lecteurs pour aider la planète dans la vie de tous les jours quel serait-il ?

Trouver un enjeu que l’on peut résoudre à son échelle. Cela ne sert à rien de se lancer dans la fusion nucléaire où l’on a 0% de chance d'y arriver. En revanche réduire son empreinte carbone à son niveau c’est tout à fait jouable, il y a pleins de choses que l’on peut faire.

Nous utilisons des cookies